Dimanche 12 Octobre 2009

Championnat de France de CAMPAGNE à MOTZ (73)


Compte rendu d'une spectatrice  / Brigitte (Charmoz)

Voir des photos

La finale du Championnat de France  "Campagne" se déroulait sur un site magnifique près de Seyssel, étangs, champs magnifiques, vélodrome, jeux pour enfants, cabanes d'observation des oiseaux, forêt, belles allées.
Météo géniale, beau temps doux !

Pendant une épreuve de Campagne (regroupant : épreuves de pistage -faites le samedi-, épreuves d'obéisance, de travail à l'eau, et de mordant), tous les spectateurs suivent le concurrents dans les différents ateliers sur un parcours plutôt long , ça demande une organisation d'enfer et ce fut parfait; on en a fait, des kilomètres !

Ca commençait, au bord du lac, par une fausse (attaque arrêtée par le conducteur avant que le chien ne morde l'homme-assistant) avec au départ et au retour, saut par-desus un grillage (environ 1 m) ; la distance de course était super-longue !

Puis épreuve du en avant dans l'eau : le chien doit parcourir environ 20 m en nageant droit devant lui et ne revenir qu'au coup de sifflet ; pas le droit de nageoter, faire des cercles......

Puis le concurrent, suivi du juge, commissaires, secrétaire et...toute la troupe des spectateurs, se dirigeait vers une autre partie du lac (suite sans laisse, arrêts..etc) pour un premier refus d'appât ; là le conducteur mettait son chien au couché près d'un pêcheur, se retirait, et le pêcheur venait agiter sous le nez du chien un poisson au bout de sa ligne..

Puis on continuait plus loin, pour la défense du maître ; selon un petit scénario, le conducteur devait effectuer une courte suite sans laisse en portant une longue échelle, puis il l'appuyait contre un arbre, montait 3 ou 4 échelons, là l'homme-assistant arrivait et " l'agressait."..

Puis on continuait à tourner au bord du lac, nouvel arrêt pour un rapport à l'eau (un épi de maïs jeté à l'eau hors de la vue du chien);

Après le rapport, de ce même endroit, le chien apercevait sur une autre rive du lac l'homme-assistant qui attirait son attention avec ses bambous ; lancé à l'attaque, il pouvait, au choix, y aller à la nage ou par la rive, retour au choix aussi......

Puis un peu plus loin, saut de la fosse aller et retour.

Puis, toujours au bord du lac, une très très longue fuyante (chien lancé à l'attaque alors que l'homme-assistant court toujours) , se terminant par une garde au ferme  dans l'eau (le chien "garde" l'homme-assistant : dès que celui-ci fait mine de s'enfuir il a le droit de mordre) ....Le maître se trouvant très très loin.....Ses ordres étaient à peine audibles....Incroyable.

Puis, passage au milieu de la foule (sociabilité) pour la deuxième partie du parcours.

Les positions, ordonnées par le maître se balançant sur une balançoire.

Puis la garde d'objet, en l'occurence une grosse cloche de vache accrochée à un piquet, avec deux hommes-assistants se relayant pour tenter de leurrer le chien.

Puis défense muselée, selon un petit scénario "savoyard" : un homme-assistant habillé en skieur , le maître va poser son chien, va vers un banc où il doit se déchausser et enfiler des chaussures de ski, puis aller saluer l'homme-assistant et revenir vers le banc ; pendant ce retour il se fait agresser par l'HA et le chien "frappe"...

Puis absence du maître, au-moins 2mn (je dis au-moins car certains l'ont fait durer plus, cela permettait au chien de se reposer) : chien assis sur une estrade au milieu du vélodrôme, son conducteur part à vélo et effectue 3 tours de vélodrome...

Puis, départ pour une véritable piste de l'HA (recherche) : le chien doit pister l'HA sur un long parcours, celui-ci est caché dans un observatoire d'oiseaux ; coups de feu (on ne voit pas, ça se passe ans la cabane), garde au ferme du chien jusqu'à ce que son maître arrive (à vélo !! c'est vous dire la distance) pour désarmer l'HA, puis toute une série de fuyantes, esquives etc...

Puis, saut d'une haie naturelle (1,20 je crois), et nouvelle attaque lancée contre un HA ,au sommet d'une butte, il accueille le chien avec des branchages feuillus en guise de bâton.

Puis, nouveau refus d'appât, deux cyclistes lancent de gros appâts au chien au passage.

Puis !!! Et c'est le final : palissade, 2m, planches verticales, ce qui fait que le chien ne peut s'agripper à aucune rainure s'il est en difficulté....

Un parcours dure environ 45/50mn.
Il n'y avait que 2 HA ! Vous imaginez leur endurance.............
Il y avait 8 chiens finalistes, nous en avons suivi 6, dont 3 BA, 1 Beauceron, le reste des Malinois.
Parmi les BA, 1 "lignée morpho", les autres lignée "travail" dont 1 tout noir.

Comme vous l'imaginez j'ai trouvé cela passionnant et magnifique ; les spectateurs étaient visiblement tous des utilisateurs, donc ambiance très "pro" si j'ose dire ; très bons commentaires du speaker, permettant de bien comprendre ce qui se passait, et qu'on pouvait interroger sans complexe lorsqu'il se trouvait à proximité de vous .
De plus malgré la complexité du parcours, on pouvait tout bien tout voir !!! Et sans bousculades ; C'était vraiment agréable, instructif, parfois drôle, et on se prenait vite au jeu...
 
Je remercie Jean-Claude, Jean et Monique, Régine et Martine de m'avoir incitée à les accompagner pour ce formidable spectacle permettant d'apprécier tout le panel des qualités d'un chien de berger (selon la définition SCC) ; courage, endurance, ténacité, maîtrise de soi, vélocité, obéissance, réactivité, esprit d'initiative,  qualités sportives.
Je précise pour les non-initiés que les épreuves de mordant sont parfaitement canalisées, dans un esprit purement sportif (un peu comme serait le judo pour un humain..!), l'agressivité en est bannie, pour le chien il s'agit d'un "grand jeu" et l'homme-assistant est son partenaire de jeu. A la fin d'une épreuve, il n'est pas rare que celui-ci "câline" le chien en remerciement et marque d'estime pour la prestation fournie....

Journée ultra-crevante pour Charmoz, tout déconfit de découvrir au sortir de la voiture la présence à nos côtés d'un de ses" pires amis" du Club, j'ai nommé Mr Benjy ...Mais vite résigné à ne pas s'en occuper heureusement . En laisse, en laisse, en laisse, toujours en laisse, on a tourné, tourné, tourné....A la fin il devait en avoir marre de repartir pour un tour de manège géant !!! Ce qui l'a le plus fasciné était la recherche et découverte de l'HA dans la cabane, les coups de feu, aboiements, la sortie de l'HA désarmé accompagné par le chien concurrent....Il regardait de tous ses yeux et ses oreilles, c'était trop mignon. Ainsi que la garde de la cloche qui l'intéressait au plus haut point, et la défense muselée qui se passait à 3m de nous ! Il a été gentil, pas un seul aboiement (sauf quand Jean, son grand copain, l'"escagassait"..!), vraiment exemplaire, et me suivant dans la foule comme s'il avait fait ça toute sa vie, je n'ai pas regretté d'avoir dû l'emmener. Bon, il a quand même fait, entre deux concurrents, ses petits "en avant" dans l'eau, dans un étang à l'écart du parcours......